Le nouveau DTU 36.5 « Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures » fixe les règles de l'art tout type de menuiserie confondu bois, mixte bois aluminium, pvc et alu. La qualité de la pose des menuiseries devient un enjeu important dans des constructions de plus en plus étanches à l'air. Le nouveau DTU 36.5 « Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures » fixe les règles de l'art tout type de menuiserie confondu. Applicable depuis le début du deuxième trimestre 2010, la norme NF DTU 36.5 « Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures », dont les trois premières parties avaient été publiées en avril 2010, a été complétée en octobre 2010 par une quatrième partie consacrée au choix des menuiseries en fonction de leur exposition. Avec la publication de ce dernier texte, les professionnels ont désormais un outil complet et précis qui fixe les règles de l'art. Dans un contexte de contrôle de la qualité de pose et d'une meilleure maîtrise de l'étanchéité à l'air des constructions, ce document constitue un appui précieux et incontournable pour tous ceux (menuisiers, charpentiers, maçons...) qui sont amenés à mettre en place des menuiseries. Particularité : le texte, harmonisé avec les normes européennes, réunit l'ensemble des préconisations de pose pour tous les types de menuiserie bois, métal (acier, aluminium), PVC blanc, ainsi que les menuiseries mixtes bois aluminium. Applicable pour les travaux neufs et la rénovation, il regroupe et reprend tous les anciens textes et, de fait, les annulent : menuiseries en bois (DTU 36.1), en aluminium avec ou sans rupture thermique (DTU 37.1 ; DTU 37.1-A1) ou fenêtres posées en rénovation (37.2), ainsi que le e - Cahier du CSTB 3521 de juillet 2005. Bien sûr, les rédacteurs de la norme ne se sont pas contentés de réaliser un copier - coller des anciens textes. Ils les ont actualisés en tenant compte à la fois des nouvelles exigences de pose et de l'évolution des produits. Ont, par exemple, été intégrés de nouveaux modes de mise en œuvre, ainsi que de nouveaux supports : ossature bois, monomur terre cuite, isolation par l'extérieur... Le texte illustré par de nombreux schémas apporte quantité de précisions techniques en détaillant les modes et la position des fixations, en particulier en traverse basse, la position du calfeutrement, ou encore le dimensionnement des pattes de fixation et des vis.



Calfeutrement Désormais, seuls les calfeutrements secs (mastic, bande de mousse imprégnée...) sont autorisés. L'emploi de matériaux dits "humides" (mortier, ciment...) est proscrit (sauf cas très exceptionnels de rénovation à l'identique). Quel que soit le type de menuiseries, il doit être réalisé entre l'encadrement maçonné de la baie et le dormant des menuiseries. L'objectif étant d'assurer l'étanchéité à l'air et à l'eau à l'interface menuiserie/gros œuvre, sur tout le périmètre.



Deux types de produits sont autorisés : - Les mastics en cartouche qui s'extrudent à la pompe : mastics première catégorie, élastomères ou plastiques, avec un fond de joint. Produits conformes au DTU 44.1 et de classe 25 E ou 12,5 P et ayant fait l'objet d'un test d'adhésivité cohésion satisfaisant avec le type de menuiserie (bois, alu, PVC). - Les bandes de mousse imprégnées, utilisées pré comprimées ou non, imprégnées de butyle ou d'acrylique (les bandes de bitume sont exclues), et conformes à la norme NF P85-570.



Efforts de transmission Le DTU donne de nombreux détails comme les modes et la position des fixations, en particulier en traverse basse. Il fixe également le dimensionnement des pattes et des vis. Il impose par exemple au fabricant de pattes un marquage de la charge admissible sur celles-ci. Il s'agit d'assurer la transmission au gros œuvre des efforts résultant des effets du vent, de la manœuvre des vantaux, de l'utilisation de la fenêtre et de son poids. En fonction du site de pose, le fascicule de documentation FD P20-201 définit les pressions maximales supportées en place et indique les performances minimales des menuiseries à mettre en œuvre (A E V). Cela permet de calculer les charges dues au vent à reprendre par les fixations. Le choix des pattes, de la responsabilité du poseur, sera effectué en fonction du dormant de la menuiserie et du mode de pose choisi. Les fixations ne doivent pas s'opposer à la mise en place des étanchéités. Dans le cas de mastics extrudés à la pompe, elles doivent permettre le lissage du cordon de mastic.